Actualités, Acutalités, Compétition @fr, Evénements, Vidéos

AOOC 2013 – Résumé complet et aftermovie

La première fois qu'on a entendu parler de l'AOOC 2013, 4 mots me sont venus en tête: Overclocking, communauté, amitié et Russie.
Après l'event on peut rajouter: manque de sommeil, programme chargé, convention de jeux videos et live broadcasting expérience.

La première fois qu’on a entendu parler de l’AOOC 2013, 4 mots me sont venus en tête: Overclocking, communauté, amitié et Russie.
Après l’event on peut rajouter: manque de sommeil, programme chargé, convention de jeux videos et live broadcasting expérience.

 

Intro

Pour une deuxième fois consécutive, c’est ASUS Russie qui organise l’AOOC: ASUS Open Overclocking Cup.
En 2012 la compétition regroupait des clockeurs venant de pays limitrophes à la Russie (Ukraine, Kazakhstan…). Cette année ASUS à voulu frapper plus fort et a choisi d’intégrer dans ses qualifications tous les pays d’Europe.
C’est via HwBot.org que les scores ont été enregistrés durant un mois (d’avril à mai).

A l’issu des qualifications, 13 équipes ont obtenu leur ticket pour la finale qui aura lieu à Moscou en Russie.

 

AOOC 2013 – Le jour de la finale

ASUS a joué stratégique pour l’organisation de la finale. Ils décident de l’organiser le 5 octobre durant l’une des plus grandes expo de jeux vidéos de Russie (Crocus Expo). Avec plus de 30 000 visiteurs par jour (soit 130 000 pour toute la durée de l’évent), il y’a de quoi faire des curieux avec une compétition d’overclocking.

L’arrivée

L’equipe OverClocking-TV ainsi que les overclockers sont arrivés le 4 octobre. Logés dans un hotel près du centre ville et du parc des expos, c’est a 20h qu’une petite reunion est organisée avec Vlad (Slamms) l’organisateur d’ASUS, pour connaitre les directives pour le jour de la compétition. Après un diner et quelques verres, il ne reste que quelques heures de sommeil avant le grand jour.

Le jour de la compétition

OC-TV ainsi que les organisateurs et les juges sommes arrivés a 8 heures à la convention. Les clockers eux arrivent a 9 heures. Apres un tirage au sort pour savoir la place ainsi que l’hardware qui revient a chaque équipe, ainsi que la mise en place, la compétition peut commencer.

L’hardware

En ce qui concerne l’hardware, chaque équipe à reçu au préalable (après la phase de qualification) une carte-mère Maximus VI Extrême ainsi qu’une GTX 780 DirectCU II d’ASUS. Le jour de la compétition, ils ont sur leur table une deuxième carte-mère et carte graphique, deux CPU Intel, barrettes de RAM ainsi que des alimentations de Corsair, d’un SSD Neutron et bien sur d’un clavier et souris.

Le system de points : http://www.overclocking-tv.com/fr/content/evenements/18826/asus-aooc-2013-asus-open-overclocking-cup-2013/

Stage 1 (2D) : http://www.overclocking-tv.com/fr/content/evenements/18999/aooc-2013-resume-du-2d-benching/

Stage 2 (3D) : http://www.overclocking-tv.com/fr/content/evenements/19026/aooc-2013-stage-2-3-3d-benching/

 

Les derniers instants : Stress et décision.

La fin de la compétition a été tres tendu. Pendant une dizaine de minutes après la compétition, les juges analysent les derniers scores soumis. Mais… Rien de simple pour la suite: 4 équipes se retrouvent ex-aequo et le top6 est séparé par un nombre de points infimes.

Team Russie (1), Team Ukraine (1), Team Allemagne, Team France et Team Europe sont coudes a coudes. Les juges ont donc repris tout les screenshots de la phase 1, 2 et 3 pour les revalider et les questions suivantes ont été discutées pour établir le classement final:
– Qu’arrive-t-il quand deux équipes ont le même nombre de points?
– Quel benchmark est le plus révélant?

Pendant la revalidation, les juges se sont aperçu que lors de la phase 1 pour le SuperPi 32M benchmark, la limitation de fréquence, 5500.5 MHz, à été dépassé par l’équipe Russe (1) qui avait obtenu la première place avec 5501 Mhz. Le score à donc été rejeté ce qui a fait bougé le classement… L’équipe Russe (1) a perdu 2 places, ce qui correspond à 5 points. Team Ukraine (1) a gagné 3 points en plus ce qui les relais à la première place du classement général.

On connaît maintenant le gagnant… Mais en ce qui concerne la deuxième et troisième place… Cela reste à définir. La Team France et Europe ont le même nombre de points.
Les juges ont décidé que le 3DMark Firestrike est le benchmark qui départagera les équipes.

L’équipe de France à obtenu le meilleur score pour ce benchmark. Ils se placent à la deuxième place. La Team Europe est troisième.

 

Aftermovie

Un mix des meilleurs moments de la compétition:

 

Un dernier mot ?

Cet event a été une complète réussite. Que ce soit en matière d’organisation, de règles pour la compétition, d’overclockers, de l’endroit choisi…. Intense, palpitant.
Une bonne connection internet, depuis longtemps qu’on avait pas pu en profiter, nous a permis à nous OCTV de vous faire partager via un live broadcasting l’event sous différent angles.

On remercie Vlad (slamms) pour l’organisation, les clockeurs pour leur participation et biensur merci à vous de nous avoir suivi.

Keep pushing it!